Réseau international francophone de formation policière
Vous êtes ici :
  1. Accueil
  2. Collaborer au réseau
  3. Comités techniques
  4. Lutte contre les violences faites aux mineurs et aux femmes

Lutte contre les violences faites aux mineurs et aux femmes

Le comité technique lutte contre les violences faites aux enfants et aux femmes

FRANCOPOL s’est engagé depuis sa création en 2008 à contribuer davantage à la protection des mineurs. Le réseau s’est investi sous diverses formes pour aider à promouvoir les droits des enfants. À l’occasion du vingtième anniversaire de la Convention internationale des droits de l’enfant (novembre 2009), les membres d’une dizaine d’écoles de police et de gendarmerie d’Afrique occidentale francophones réunis à Ouagadougou avaient fait le constat de lacunes quant aux formations sur les droits de l’enfant et l’intégration des droits de l’enfant dans le travail des policiers au quotidien.

Fort de ces observations, FRANCOPOL s’est alors engagé à prendre part aux réflexions suscitées au Burkina Faso en apportant l’expertise de son réseau et de ses bonnes pratiques lors des travaux des différents ateliers organisés par le Bureau international des droits des enfants, aux côtés de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) et d’organisations non gouvernementales. L’application du principe de l’intérêt supérieur de l’enfant a été abordée pour la première fois dans la pratique policière. Les notions de protection et de droits de l’enfant ont été insérées dans les curricula de formation initiale des écoles de police et de gendarmerie d’Afrique francophones et d’Haïti, entraînant une appropriation solide et durable de ces principes par les autorités responsables du respect des lois.

Souvent sollicité par des ONG et des organismes internationaux pour son expertise dans le domaine des droits de l’enfant, FRANCOPOL a décidé, en 2012, de créer un comité technique dédié. Des spécialistes de haut niveau – policier, gendarme, magistrat, médecin, membre d’organisme international, membre d’association –, ayant comme dénominateur commun la protection des enfants, y partagent leur connaissance et leur expérience lors d’ateliers à portée internationale.

Les actions entreprises dans ce domaine sont relatives, notamment, au renforcement des capacités des policiers et des gendarmes, à la production d’outils (guides) pratiques de formation, à la formation de formateurs dans les écoles de police et de gendarmerie et de personnes ressources dans les brigades spécialisées mais aussi à l’organisation d’ateliers pluridisciplinaires dans l’intérêt d’un travail collaboratif en réseau.  

Par ailleurs, la lutte contre les violences faites aux femmes reste une préoccupation majeure sur la scène internationale. En dépit des efforts considérables déployés par de nombreux pays du monde pour lutter contre la violence à l’égard des femmes, cette violation fondamentale des droits de la femme persiste. De nombreux États enregistrent une augmentation du nombre de cas signalés de violence à l’égard des femmes. 

Malgré la multiplication des initiatives entreprises dans toutes les régions du monde pour lutter contre la violence à l’égard des femmes, elles ne sont souvent pas complètes, cohérentes ou durables, et sont rarement bien coordonnées entre les secteurs pertinents. La pénurie de ressources requises pour mettre en œuvre les mesures existantes demeure un des obstacles majeurs dans la lutte contre les violences faites aux femmes. Partout, la persistance d’attitudes et de comportements perpétuant les stéréotypes négatifs, les inégalités entre les sexes et la violence à l’égard des femmes, entravent considérablement la prévention et l’élimination du problème. De tels comportements sont souvent imputables au manque d’information et d’instruction, et se traduisent souvent par la stigmatisation des victimes et des survivantes, notamment par leurs proches.

La question de la violence à l’égard des femmes figure parmi les grandes priorités des instances mondiales, régionales et nationales. De nombreux plans d’actions sur la violence faite aux femmes et aux filles visent à consolider le travail en réseaux, systématiser les échanges d’expérience et la concertation, mettre en relief et diffuser les pratiques positives et innovantes dans le cadre de la lutte contre la violence faites aux femmes et aux filles.

FRANCOPOL a réalisé toute sa place dans cet engagement et a décidé dans sa programmation 2014 de s’intéresser plus particulièrement à cette thématique en organisant une rencontre de haut niveau en partenariat avec l’OIF pour réunir les plus hautes instances sensibilisées et les responsables de formation policière du Bénin, du Burkina Faso, de la Côte d'Ivoire, du Mali, du Niger, du Sénégal et du Togo.

Les travaux du Comité technique FRANCOPOL sur la lutte contre les violences faites aux mineurs et aux femmes sont coordonnés par Madame Pascale Allisse du Bureau des réseaux de la Direction de la coopération internationale de la Police nationale, conseillère de la présidente de FRANCOPOL et membre du secrétariat général.