Réseau international francophone de formation policière
Vous êtes ici :
  1. Accueil
  2. Participer aux événements
  3. 6e congrès international - Novembre 2021
  4. Conférenciers et animateurs

Conférenciers et animateurs

Introduction, panel et clôture

Discours d'ouverture - Sophie Hatt, Ministère de l'Intérieur

Commissaire Général échelon spécial à l’emploi de Directeur des Services Actifs 

  • Directrice de la coopération internationale de sécurité́ du ministère de l’Intérieur. 

Présidente de FRANCOPOL depuis novembre 2017

Discours d'ouverture - Antoine Michon, Organisation internationale de la Francophonie

Biographie 

Depuis le 1er septembre 2020, Monsieur Antoine MICHON occupe les fonctions de Directeur des Affaires politiques et gouvernance démocratique (DAPG) au sein de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF). Conseiller des affaires étrangères hors classe, il a occupé différentes fonctions au sein du ministère français des Affaires étrangères. Il était depuis juin 2017 Coordinateur politique au sein de la Représentation permanente de la France auprès des Nations unies. A ce titre, il représentait la France aux réunions du Conseil de Sécurité et était en charge de la conduite des négociations des résolutions du Conseil. Il était précédemment sous-directeur de l’environnement et du climat (2013-2017) et, à ce titre, membre de l’équipe de la Présidence de la COP21 de 2015, Consul général de France au Cap en Afrique du Sud (2009-2013) et conseiller politique à l’ambassade de France à Washington (2005-2009). 

De nationalité française, Monsieur MICHON est diplômé de l’École nationale d’administration (France, promotion Nelson Mandela) et de l’Institut d’études politiques de Paris.

Discours d'ouverture - Brigitte Pelletier, Ministère de la Sécurité publique

Biographie 

Mme Brigitte Pelletier est titulaire d’un baccalauréat en droit et en sciences politiques. 

Avocate et membre du Barreau du Québec, Mme Pelletier a amorcé sa carrière dans l’administration publique québécoise en 1992 à la Commission des services juridiques. Par la suite, en 1994, elle devient attachée politique et directrice de cabinet au ministère de la Justice, en 1997, au ministère de l’Environnement et de la Faune et au ministère de l’Environnement. En 2000, elle rejoint le cabinet du Premier ministre ou elle occupe de 2002 à 2003, le poste de cheffe de cabinet. 

De 2003 à 2012, elle a travaillé à la Commission des normes du travail, étant d’abord vice-présidente aux communications, à la recherche et à la qualité, puis vice-présidente aux services à la clientèle et enfin présidente-directrice générale. 

Elle a également exercé les fonctions de sous-ministre au ministère de l’Emploi et de la Solidarité sociale de 2012 à 2014. 

Entre 2014 et 2018, elle a présidé la Commission municipale du Québec, un tribunal administratif, un organisme d’enquête et de vérification spécialisé dans le domaine municipal. 

Nommée à nouveau sous-ministre du ministère du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale le 18 octobre 2018, Mme Pelletier retrouve une mission qui lui tient particulièrement à cœur, soit celle de contribuer à la prospérité, à la richesse collective et au développement du Québec, notamment en préparant la main-d’œuvre à occuper les emplois d’aujourd’hui et de demain. 

Depuis janvier 2020, madame Pelletier est sous-ministre au ministère de la Sécurité publique. 

Introduction - La police et le citoyen : la confiance au coeur des intervention - Anne Wuilleumier, Institut des hautes études du ministère de l'Intérieur

Alors que les services de police de tous les pays préconisent des approches policières dites communautaires, de proximité, de sécurité du quotidien et de concertation, nous constatons que la globalisation a un impact immédiat sur la relation qu’ont nos services policiers avec les citoyens et citoyennes et le lien de confiance s’y rattachant. Avons-nous vraiment implanté ces modèles au sein de l’ensemble de nos organisations? L’institution policière a-t-elle vraiment évolué? Son évolution s’est-elle effectuée au même rythme que nos sociétés? Notre reddition de compte est-elle adaptée aux modèles policiers que nous préconisons?

Voici le sujet auquel les panélistes tenteront de répondre lors de ce webinaire.

Biographie 

Docteure en science politique, Anne Wuilleumier est Cheffe du Département Etudes et Recherche de l’Institut des Hautes Etudes du Ministère de l’Intérieur (IHEMI, Paris, France). Chercheure en sciences sociales elle travaille sur les politiques publiques de sécurité, les partenariats de la police et la relation police population. Membre de Francopol, chercheure associée au Centre de recherches sociologiques sur le droit et les institutions pénales (CESDIP, CNRS), elle participe à des réseaux de recherche consacrés à la sociologie des institutions au sein de l’association française de sociologie (AFS) et de l’Association internationale des sociologues de langue française (AISLF). Elle a publié en 2020 « La légitimité des institutions pénales. Un programme démocratique et scientifique », Lien social et politiques, Numéro 84, p.184–203Ce lien ouvre un site externe dans une nouvelle fenêtre.

Panéliste - Bruno Pomart , RAID Aventure Organisation, France

Biographie 

  • Ex-policier du Raid, Police Nationale – Major de Police
  • Maire sans étiquette de la commune de Belflou dans l’Aude
  • Président et fondateur de l’association Raid Aventure Organisation
  • Auteur du livre “Flic d’élite dans les cités” paru en mars 2009 aux éditions Anne Carrière
  • Chevalier de la Légion d’honneur
  • Chevalier de l’ordre National du mérite
  • Médaille d’or de la jeunesse et des sport

Panéliste - Abdoulaye Gandéma, Ministère de la sécurité publique du Burkina Faso

Biographie 

Cadre supérieur de l’Administration publique burkinabè (BURKINA FASO), consultant en sécurité communautaire et en Gouvernance locale du secteur de la sécurité, il a quinze (15) années d’expérience professionnelle, dont sept (7) dans des services de conception des politiques de sécurité communautaire et de développement de leurs stratégies d’opérationnalisation.

Actuellement directeur de cabinet du ministre burkinabè de la sécurité, il était depuis l’année 2017, le Directeur de la police de proximité. À ce poste, il était responsable avec son équipe, de concevoir et proposer au gouvernement, la stratégie de mise en œuvre opérationnelle de l’approche burkinabè de la police de proximité. Ils avaient aussi pour responsabilité d’encadrer les acteurs de première de ligne la sécurité collaborative et de stimuler les partenariats entre les communautés locales, les initiatives locales de sécurité et les structures déconcentrées de l’État.

Panéliste - Dominique Van Ryckeghem, Police fédérale belge

Biographie 

Dominique Van Ryckeghem est docteur en sociologie et travaille à la police depuis 24 ans. Après un parcours académique de 7 ans à l’Université Libre de Bruxelles, elle a été recrutée comme experte dans l’accord de collaboration entre la Belgique et l’Afrique du Sud pour appuyer la réforme la police sud-africaine. Dans ce cadre, elle a notamment développé un cadre de référence et d’approche de la gestion de l’espace public basé sur les principes du community policing. La police d’Irlande du Nord, en pleine transformation, s’est également basée sur ce modèle.

Ayant également rédigé diverses publications sur le community policing et la gestion négociée de l’espace public, matière qu’elle a enseignée pendant de nombreuses années à l’école pour Officiers de la police belge, Dominique a travaillé pour la Commissaire générale ainsi que pour divers Directeurs généraux de la police fédérale et a été conseillère de la ministre de l’Intérieur. 

Depuis 2019, Dominique est devenue l’une des trois directeurs généraux de la police fédérale en tant que responsable des services de soutien tels que le recrutement et la formation, la gestion de l’information et l’ICT, les moyens logistiques et les finances.
 

Panéliste - Fady Dagher, Service de police de l'agglomération de Longueuil

Biographie 

Depuis le 6 février 2017, Fady Dagher est directeur du Service de police de l'agglomération de Longueuil qui compte environ 1000 employés toutes catégories confondues. Il a été auparavant au Service de police de la Ville de Montréal, organisation à laquelle il a donné ses 25 premières années de carrière en occupant de multiples fonctions allant de patrouilleur à assistant-directeur. Titulaire d'une maîtrise en administration des affaires pour cadres (EMBA) de l'Université McGill – HEC Montréal, il cumulera en 2020 plus de 28 années d'expérience dans le milieu policier.

Reconnu pour son approche avant-gardiste, Fady Dagher s'est démarqué tout au long de sa carrière par sa capacité à tisser des liens avec diverses communautés et par son goût pour l’innovation qui l’a d’ailleurs amené à élaborer la première politique au Canada en matière de profilage racial et social et à obtenir une citation d’excellence à cet effet. Il est également récipiendaire de plusieurs prix et marques de reconnaissance : 

  • Personnalité de l’année pour le profil carrière du « Global and Mail » en 2013
  • Prix CLEAC-Honneur et Mérite pour son travail exceptionnel auprès des jeunes de la communauté noire en 2006
  • Prix SACR en reconnaissance de sa lutte efficace contre le profilage racial et social ainsi que son approche communautaire du travail policier dans le but d’instaurer un modèle de police de concertation en 2020
  • Prix CAMF – Leader engagé pour son leadership et son engagement au sein de la société, ainsi que pour sa vision et son approche humaine sur la concertation en 2020

La philosophie qu’il a amenée au SPAL se résume en trois termes : l'Humain, l'Intelligence et l'Efficience. Il est l’instigateur du projet Immersion médiatisé par le Journal La Presse au mois 
de janvier 2020. Son souhait est qu’au travers d’un changement de culture, il puisse instaurer dans son organisation un modèle de police de concertation qui a pour philosophie de miser sur la prévention « bien amont » en accompagnant et en agissant sur le terrain auprès de ses citoyens et de ses partenaires.
 

Discours de fermeture - Patrice Cardinal, Sûreté du Québec

Biographie 

Policier à la Sûreté du Québec depuis plus de 21 ans, l’inspecteur-chef Patrice Cardinal a eu l’occasion d’accumuler les expériences dans plusieurs domaines policiers, dont la surveillance du territoire, la prévention de la criminalité, le renseignement criminel, les mesures d’urgence. Il cumule aussi plusieurs années d’expériences dans différentes fonctions de gestion. Nommé directeur des communications et des relations internationales le 26 octobre 2020, l’inspecteur-chef Cardinal s’est  également vu confier le poste de Secrétaire général de FRANCOPOL.

Titulaire d’un baccalauréat en gestion des communications, il gère maintenant, au sein de son organisation, les communications stratégiques ainsi que les relations internationales, en plus des  mandats relatifs au patrimoine et au protocole. À titre de Secrétaire général de FRANCOPOL, l’inspecteur-chef Cardinal s’acquitte notamment de fixer les objectifs stratégiques de l’organisme et veille au développement de la coopération policière ainsi qu’au transfert des compétences à travers le réseau.

Aperçu des conférences et ateliers

Conférence : Les comités de vigilance dans les villages en Afrique - William Wandji, Interpol Cameroun

Comité technique sur la lutte contre le terrorisme

La lutte contre BOKO HARAM est apparue pour l’État camerounais comme un laboratoire expérimental lui permettant de tester sa capacité de riposte face à une menace extérieure. Il est vrai que ce n’est pas la première fois : l’île de paix qu’était jusque-là le pays dans la région avait connu son baptême du feu lors de la guerre dans la péninsule de BAKASSI après son invasion par le Nigeria. C’était alors un conflit interétatique classique de défense des frontières. Avec BOKO HARAM, la menace est plus difficile à combattre dans la mesure où elle engage le Cameroun dans une guerre asymétrique, face à un adversaire non-étatique qui emploie des méthodes non conventionnelles dont opérations kamikazes, incursions et prises d’otages sont représentatives. Cette présentation, en analysant l’implication des Comités de Vigilance dans le cadre de la guerre que mènent les forces de défense et de sécurité camerounaises contre la secte terroriste Boko Haram dans l’extrême nord du pays, met l’accent sur deux axes majeurs : 

  • d’abord, elle s’appesantit sur le système de défense camerounais constitutionnellement consacré à travers la défense populaire, ce qui conduit à l’analyse de la structuration des Comités de Vigilance œuvrant dans cette partie du pays, ainsi que du cadre juridique régissant ces organisations;
  • ensuite, il vise à présenter l’action des comités de vigilance, en reconnaissant leur implication effective à la dynamique sécuritaire contre le terrorisme et en démontrant les imites opérationnelles de ces acteurs d’un style particulier confrontés à une menace elle-même particulière.

Biographie 

Nom et prénom: William Achille WANDJI KOUAMOU

Grade: Commissaire de police

Nationalité: Camerounais

Ancienneté de service: 22 ans

Qualifications:

  • Formateur expert en ingénierie de la formation
  • Spécialiste en investigations judiciaires (Directeur d’Enquête et Technicien de scène de crime diplômé)
  • EOD 3 (Expert en Neutralisation, Enlèvement et Destruction des Engins Explosifs)

Conférence : Évacuation de la ZAD du Mont en Suisse – Stratégie de communication - Jean-Christophe Sauterel, Police Cantonale Vaudoise

Comité technique sur la communication de crise

 

Le 17 octobre 2020, un petit groupe de militants installent une ZAD sur une colline dans le canton de Vaud en Suisse. La ZAD de la Colline est une zone à défendre située sur la colline du Mormont près d'Éclépens et de La Sarraz, en Suisse. Première ZAD de Suisse, elle a pour but d'empêcher l'extension de la carrière de ciment d'Holcim, qui menacerait le plateau de la Birette.

Après plusieurs semonces, la Police cantonale vaudoise entame l'évacuation des activistes le 30 mars 2021. Les forces de l'ordre déploient environ 600 personnes pour cette opération d'envergure. Les militants sont rapidement délogés, et quelques-uns occupent des arbres pour résister, mais ils finissent par être également évacués. Quarante-huit personnes refusent de donner leur identité et sont retenus en arrestation pendant plus de 24 heures.

Le 7 juillet 2021, le Conseil d'État vaudois rend public les rapports de la police et des observateurs sur les opérations d'évacuation de la ZAD du Mormont.

Jean-Christophe Sauterel présente cette opération à haut risque menée par la police et la stratégie de communication qui a été mise en œuvre avec succès.

Biographie 

Jean-Christophe Sauterel est Commissaire principal et Directeur communication et relation avec les citoyens à la Police cantonale vaudoise. Issu de l’École de police judiciaire, il est spécialiste des stratégies de communication interne et externe, de la communication de crise et des relations médias. À ce titre, il occupe les fonctions de porte-parole de la Police cantonale vaudoise, de chef de la communication de crise pour le Canton de Vaud et de responsable prévention et communication de l’EMCOR VIGIPOL, l’organe de coordination de lutte contre le terrorisme pour la Romandie et les cantons de Berne et du Tessin. Il est également chargé de cours à l’Institut suisse de police, à l’Office fédéral de la protection de la population et à la HEG Fribourg depuis 2001.

Conférence : Réponse à un état mental perturbé (REMP) – Désescalade - Dominique Éthier, Sûreté du Québec

Comité technique sur l’usage de la force

La nouvelle formation offerte aux patrouilleurs de la Sûreté du Québec pour la réponse à un état mental perturbé (REMP) a amené les deux instructeurs responsables de sa création à revoir entièrement l’approche de l’intervention. Cette réflexion a été déclenchée par l’étude des événements ayant mené à la mort de personnes en état mental perturbé lors d’intervention policière dans les 5 dernières années au Québec.

Le script de l'intervention policière stratégique et planifiée (IPSP) fournit un modèle de planification à tout type appel policier urgent ou non. Par cette refonte de l'approche policière, ce script propose des outils aux intervenants priorisant la gestion du stress, l’évaluation de l'urgence d'agir, l’anticipation des réactions possibles du sujet et cela avant d'entrer en contact avec lui. Finalement, l’IPSP organise une réponse policière optimale afin de favoriser un dénouement pacifique et une utilisation planifiée des options de force si elles sont nécessaires.

La présentation vous propose de regarder les éléments clés de ce script et les éléments de la formation qui permettent ce changement de culture dans l’intervention policière.

Biographie 

Policier depuis 21 ans, Dominique Éthier est rapidement devenu instructeur en techniques d’intervention policière depuis 2008 grâce à son expérience dans les arts martiaux. En effet, il est directeur technique en Ju-jitsu japonais qu’il pratique depuis 43 ans et pour lequel il possède le grade de ceinture noire 7e dan. 

Tout au long de sa carrière comme instructeur, il a participé au développement de formations techniques et tactiques pour les patrouilleurs, les recrues et les cadets, mais aussi pour les équipes spécialisées telles que les gardes du corps et les enquêteurs impliqués dans la gestion de foule au G7.

Conférence : Le dispositif « talent du service public », Laurent Biziere, École Nationale Supérieure de la Police

Comité des écoles

L’École Nationale Supérieure de la Police (ENSP) est pleinement impliquée dans le plan « Talents du service public » mis en place par le gouvernement français en 2021. Ce plan vise à permettre aux jeunes méritants et motivés issus de milieux modestes d'accroitre leurs chances d'intégrer la fonction publique tout en favorisant la diversification de l’accès aux emplois publics et à la haute fonction publique. 

L’action de l’ENSP dans le cadre de ce plan s’articule autour des actions suivantes : 

  • Contribuer à repérer et aider les talents en amont de l’entrée dans la fonction publique au travers du dispositif des « cordées du service public » qui vise à accompagner les jeunes des établissements scolaires concernés vers les formations et les emplois de la fonction publique ;
  • Le déploiement des « Classes Prépa Talents du Service Public ». Ce dispositif vise à optimiser les possibilités offertes aux jeunes méritants et, motivés de bénéficier sur les deux sites de l’ENSP d’une préparation aux concours de la police, fondée sur les valeurs inhérentes au service public. Cette formation donne lieu à délivrance d’un diplôme universitaire; 
  • Contribuer à la mise en œuvre des « concours Talents », nouvelle voie d’accès au concours de commissaire de police et destinée aux élèves des Classes Prépas Talents du Service Public.

Biographie 

M. BIZIERE a participé puis dirigé de 1989 à 2002 des enquêtes au sein de plusieurs services territoriaux de la direction centrale de la police judiciaire dans le domaine de la lutte contre la criminalité organisée ainsi qu’en matière de lutte contre la délinquance financière tant en France qu’à l’étranger dans le cadre de l’exécution de commissions rogatoires internationales.

Cette expérience l’a conduit à représenter la police nationale française au secrétariat général de l’OIPC-INTERPOL de 2003 à 2017. Il a notamment contribué à renforcer la coopération entre INTERPOL et les institutions européennes (officier de liaison d’INTERPOL auprès de l’Union européenne à Bruxelles puis au sein d’EUROPOL à La Haye). Il a également occupé au sein de l’organisation internationale de coopération policière des fonctions en lien avec l’ensemble des régions du monde (chef du bureau de la Présidente d’INTERPOL, chef du bureau de la communication).

Après une affectation au sein de l’état-major de la direction centrale de la police judiciaire de 2018 à 2019, M. BIZIERE a rejoint en 2020 l’École nationale supérieure de la police à Saint-Cyr-au-Mont-d’Or en qualité de chef de l’unité des relations internationales.

Atelier : Vers une gestion négociée de l'espace public renforçant la confiance entre police et citoyen : panorama des nouveaux défis et pratiques innovantes - Olivier Botteron, Police municipale de Lausanne

Comité technique sur la gestion des foules et des citoyens

Synthèse de l’atelier 

L’idée de cet atelier est de partager sur des thèmes communs et d’aboutir à l’identification de pistes de solutions profitables pour tous sur base de nos expériences respectives autour d’une problématique commune à laquelle nous sommes tous confrontés aujourd’hui. En effet, force est de constater que nous sommes confrontés à certaines évolutions ces dernières années, lesquelles remettent complètement en question les manières d’appréhender la gestion négociée de l’espace public et les droits du citoyen. Nous pensons en particulier à l’expression de mouvements sociaux volontairement démunis de représentants officiels au travers de regroupements n’entrant pas en contact avec l’autorité en vue de négocier et préparer leurs actions. Ceux-ci utilisent sciemment des modes de communication et de mobilisation difficilement accessibles aux fonctionnaires de police, tandis que leur pouvoir de mobilisation est très important et extrêmement rapide. Ce contexte général et les questions qu’il suscite pourront être abordés lors des sous-ateliers suivants :

  1. Identifier, entrer en contact et construire la relation avec les nouveaux profils d’interlocuteurs : comment la notion de « gestion négociée » (de l’espace public) peut être adaptée au nouveau contexte ? Quels exemples et expériences issues des pays des membres Francopol sont à capitaliser ?
  2. Renforcer l’approche informationnelle, au niveau stratégique, tactique et  opérationnel : quels défis pour exploiter l’information (numérique) afin de guider l’action policière et conseiller les autorités politiques (légalité des manifestations, seuil de tolérance, prise de position publique, etc.) ?Quelles ressources informationnelles mobiliser et comment ?

Biographie 

Le colonel Olivier Botteron entre à la police cantonale vaudoise en 1988 où il y restera vingt-sept ans dont six comme Commandant de la gendarmerie. Il rejoint ensuite le corps des gardes-frontières de l’Administration fédérale des douanes où il commandera durant quatre ans une région. En 2018, il devient Commandant de la police de Lausanne et est nommé président de la Conférence des chefs et cheffes de police des villes de Suisse (CCPVS). Spécialiste de la sécurité et de l’ordre publics, il coordonne le Comité technique FRANCOPOL « Gestion des foules et droits du citoyen ».

Atelier : Hipsters, tatoués, fringués... trop stylés! Dans une société plurielle, les dilemmes de la posture et des tenues policières pour inspirer confiance : définir, guider, surveiller, réagir - Alain Simon, Académie Nationale de Police

Comité technique sur le comportement policier

De nos jours, les citoyens s’attendent de la part de leur police aux plus hauts standards de probité et de professionnalisme.  Évidemment, ces attentes passent, entre autres, par l’image projetée des policiers qui doit inspirer confiance, respect et droiture dans le cadre de leur travail au quotidien avec le public. 

Cet atelier a pour objectifs de susciter une réflexion à l’égard de la tenue et de la posture des policiers œuvrant au sein des communautés et de dégager des orientations menant vers une professionnalisation de la fonction policière.  À l’ère de la police moderne se pose un équilibre fragile entre les valeurs individuelles, collectives et organisationnelles versus la confiance du public envers les institutions et leurs représentants.     

Parmi les nombreux exemples, citons les tatouages, les longues barbes, les bijoux tels piercing, les articles vestimentaires hors normes, les équipements non autorisés.      

Cette réflexion se veut également une opportunité d’échanger sur le sujet à partir de préoccupations, de questionnements et de situations réelles proposées.  Ainsi, ces échanges permettront de recueillir les commentaires et perceptions, autant de sources d’inspiration à l’instauration ou au renforcement de mécanismes d’encadrement relatifs à la posture et la tenue des policiers. 

Inspirer et maintenir la confiance du public, voilà un défi de taille à l’ère du pluralisme culturel et de l’expression de soi. 

Biographie 

Premier inspecteur principal, formateur à l’académie nationale de police, à Bruxelles, département « Management » depuis une trentaine d’années.

Chargé de cours dans la formation de base des agents, des inspecteurs principaux spécialisés ainsi que des commissaires de police, dans la formation des formateurs et dans diverses formations continues à destination de l’ensemble des membres du personnel.

Contribution et intervention en matière de comportements policiers dans leur interaction avec le public mais aussi dans le cadre des relations internes et de la gestion du personnel, dans les domaines de la communication et de la prévention des conflits, de la communication interculturelle, de l’assistance policière aux victimes, de la déontologie, de la fonction de police orientée vers la communauté, du coaching et de la dynamique de groupe, au profit tant du personnel de première ligne que des membres des services d’encadrement et d’appui.

Participation à l’élaboration et à l’animation d’une formation « Holocauste, police et droits humains », relative au traitement des dilemmes éthiques et à l’analyse de la culture du silence.

Conférence : Violence conjugale à l'ère numérique - Annie-Claude Gingras-Bisson, Sûreté du Québec

Comité technique sur la cybercriminalité


L’omniprésence des fonctions de géolocalisation et des différentes applications associées dans notre quotidien, marquent un tournant technologique important dans les dernières années. Bien que généralement inoffensives pour la grande majorité d’entre nous, une toute autre réalité est vécue par les victimes de violence conjugale pour lesquelles la géolocalisation est utilisée comme un outil de contrôle et de harcèlement particulièrement efficace. La conférence permettra de présenter les différents outils que la Sûreté du Québec a mis à la disposition des policiers et des intervenants de première ligne pour améliorer la relation d'aide lors d'intervention en cette matière. 

Biographie 

La sergente Annie-Claude Gingras Bisson est diplômée au Certificat en Criminologie à l’Université de Montréal et au programme court en enquêtes policières de l’Université du Québec à Trois-Rivières. Policière depuis 2006 et membre de la Sûreté du Québec depuis 2009, elle travaille comme sergente-enquêteuse depuis 2013. Elle détient une expérience variée en enquête. Au cours des 8 dernières années, elle travaillé comme sergente-enquêteuse au sein du Service des enquêtes sur les crimes économiques. Elle a aussi travaillé comment agente de renseignement et responsable d’équipe intérimaire au sein de la Division de la coordination provinciale des délinquants sexuels. Actuellement sergente-enquêteuse à la Division des enquêtes sur la Cybercriminalité, elle détient une expérience en relation avec les diverses méthodes d’enquêtes reliées aux médias sociaux et à la récupération de preuve en ligne. Son rôle principal est d’effectuer des enquêtes en cybercriminalité, mais aussi de porter assistance à différentes unités d’enquêtes de la Sûreté du Québec et d’autres corps policiers municipaux du Québec.

Conférence : Le rôle de la police dans la protection des mineurs - Michel Carmans, Police fédérale belge

Comité technique sur la Lutte contre les violences faites aux mineurs et aux femmes

La dénonciation quotidienne de violences faites aux enfants et aux femmes ne tarit pas dans nos sociétés occidentales. Afin d'optimiser, l'écoute du mineur victime ou témoin, le comité technique sur la violence faite aux mineurs et aux femmes a initié plusieurs actions pour entendre et accompagner ceux-ci, et ce en référence à de nouveaux protocoles validés scientifiquement pour recueillir la parole de l'enfant dans ses spécificités et ses limites.

Cette conférence a pour objet de présenter les concepts clés des actions menées auprès des différentes organisations policières ayant des services policiers spécialisés pour recueillir la parole des enfants ainsi que les limites et les enjeux méthodologiques liés à ce recueil de la parole de ce citoyen au développement en croissance.

Biographie 

Michel Carmans est titulaire d'un baccalauréat en travail social de l'Institut Supérieur de Formation Sociale de Bruxelles. Il a complété sa formation initiale par un baccalauréat en sciences de la famille et de la sexualité à l'Université Catholique de Louvain ainsi que par plusieurs diplômes en pédagogie et sciences de l'éducation. Depuis 2002, il est membre du service des Sciences du comportement de la Police judiciaire fédérale où il coordonne le projet "audition mineurs". Chargé de cours à l'Ecole nationale de Recherche de la Police fédérale et à l'Institut de Formation Judiciaire, il participe et intervient, à la demande d'institutions nationales ou internationales, lors de conférence, de formations ou de projets sur le thème de l'audition des mineurs, tant dans les aspects méthodologiques qu'organisationnels.

Conférence : Le contact et la proximité de la population : le défi de la formation professionnelle. L'expérience de la Gendarmerie Nationale - François Dieu, Gendarmerie Nationale

Comité des écoles

Afin de renforcer ces liens de confiance avec la population, la Gendarmerie française a engagé, en 2019, une réforme de ses dispositifs et procédés de formation pour l'ensemble de ses personnels militaires, avec comme objectif de produire un changement social par une action volontariste sur les valeurs et pratiques professionnelles. Il s'agira de présenter le cheminement de cette réforme importante ainsi que ses réalisations concrètes, en termes notamment de méthodes et de contenus pédagogiques.

Biographie 

François Dieu est Professeur des universités à la Faculté de droit et de science politique de l’Université Toulouse 1 Capitole (France), au sein de laquelle il est responsable de la mention « Politique et Sécurité » du Master de science politique. Conférencier auprès des principales écoles de formation de la fonction publique française et professeur invité dans plusieurs universités étrangères, il a exercé les fonctions de Directeur de la recherche et de la documentation à l’Ecole nationale d’administration pénitentiaire (2010-2014). Depuis 2004, il est officier de la réserve opérationnelle de la gendarmerie (colonel) affecté au cabinet du Directeur général où il exerce des fonctions d’étude et de conception. Il a été auditeur de l'Institut des Hautes études de la défense nationale et de l'Institut des hautes études de la sécurité intérieure. Auteur d’une vingtaine d’ouvrages et d’une centaine de publications, ses travaux ont porté sur la gendarmerie nationale, la sociologie de la police, la police de proximité, la sécurité routière, ainsi que sur les politiques de prévention et de sécurité urbaine. Derniers ouvrages publiés : Sociologie de la sécurité (2021) ; Etudes sur la gendarmerie (2021) ; Où va la gendarmerie ? (2020) ; Méthodologies de la sécurité urbaine (2018) ; L’identité du gendarme (2018) ; Réponses à la délinquance (2016).