Réseau international francophone de formation policière
Vous êtes ici :
  1. Accueil
  2. Nouvelles
  3. Clôture du projet de sensibilisation aux spécificités de la lutte antiterroriste et au traitement de la problématique des engins explosifs improvisés

Clôture du projet de sensibilisation aux spécificités de la lutte antiterroriste et au traitement de la problématique des engins explosifs improvisés

Actualités

2019-07-04

Le 13 juin 2019, à Yaoundé, son Excellence Monsieur Gilles THIBAULT, ambassadeur de France au Cameroun, a présidé la cérémonie de clôture du projet de sensibilisation aux spécificités de la lutte antiterroriste et au traitement de la problématique des engins explosifs improvisés (EEI) dans la zone du bassin du lac Tchad.

Cet événement a rassemblé une centaine de convives, parmi lesquels plusieurs ambassadeurs de pays francophones impliqués dans FRANCOPOL (Canada, Burkina Faso, Niger, etc.) et des personnalités camerounaises telles que le secrétaire général de la DGSN, le secrétaire général du ministère des Relations extérieures, le directeur central de la coordination de la gendarmerie camerounaise.

Ce projet, mis en œuvre par FRANCOPOL et financé par le Centre de Crise et de Soutien du Ministère de l’Europe et des Affaires Étrangères, a associé la Direction de la coopération internationale et les services de sécurité intérieure des pays concernés. 

Près de 2000 membres des forces de sécurité intérieure (FSI) du Cameroun, du Niger, du Tchad et de la République centrafricaine ont été sensibilisés. 

Le service de sécurité intérieure de l’ambassade de France au Cameroun a eu un rôle central dans la mise en place de ce projet. Dix-sept sessions de sensibilisation y ont été organisées dans la plupart des régions du pays, au profit de 1491 membres des forces de sécurité intérieure (policiers, gendarmes, sapeurs pompiers). 

L’École internationale des forces de sécurité (EIFORCES) et la Délégation générale de la sûreté nationale (DGSN) se sont particulièrement impliquées et ont mis à disposition le commissaire de police William WANDJI. 

La police du Burkina Faso s’est également investie en mettant à disposition le commissaire principal Florent BAZIE, directeur du renseignement au Burkina Faso, et ce, pour les sessions organisées à Niamey, au Niger. 

Cette cérémonie a également été l’occasion de remettre une mallette pédagogique contenant des explosifs inertes, un ordinateur portable et un vidéoprojecteur au commissaire William WANDJI, chef du pôle investigation judiciaire à l’EIFORCES, et au commandant de gendarmerie BOUM MBADI, commandant du Centre de perfectionnement de la police judiciaire de la gendarmerie, afin qu’ils puissent continuer ces actions de sensibilisation au Cameroun, voire dans la région. 

Particulièrement destinée aux unités primo intervenantes, principaux « capteurs » des FSI sur le territoire, cette sensibilisation avait pour but de former les FSI à détecter les différents types de menaces liées aux EEI et de prendre les mesures les plus adaptées afin de renforcer la réponse de l’État dans ces situations, notamment en adoptant les mesures conservatoires indispensables, afin de protéger le public et les FSI et faciliter l’intervention des services spécialisés. 

Soulignons l'implication d'Eric Le Moigne de la Direction de la coopération internationale, et membre du secrétariat général de FRANCOPOL, dans la coordination de ce projet.